#FoodSystem4People

QUESTIONS ET RÉPONSES : (Presque) tout ce que vous devez savoir sur l’UNFSS

Disséquer et digérer ce qui se cache derrière le sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires de 2021, qui suscite la controverse.

Après deux ans de préparatifs, le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS) aura lieu le 23 septembre. Le Sommet se donne pour objectif de "préparer le terrain pour la transformation des systèmes alimentaires mondiaux afin d’atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030". Cela semble prometteur. Mais le Sommet a été embourbé dans la controverse pratiquement dès le début. Nous avons analysé les questions et les réponses les plus importantes concernant le prochain sommet afin de clarifier où se situent exactement les controverses et proposer des façons de participer à la réponse.

Par FIAN International et A Growing Culture

  1. Qu’est ce que les systèmes alimentaires ?
  2. Est-ce que tout le monde veut dire la même chose quand on parle de systèmes alimentaires ?
  3. Pourquoi le sommet des nations unies sur les systèmes alimentaires est-il controversé ?
  4. Qui est responsable du sommet ? 
  5. Mais les organisateurs du sommet ont parlé du caractère participatif du sommet, et du fait que tout le monde peut y participer et donner son avis. Ce n’est pas vrai ? 
  6. Pourquoi est-ce un tel problème que les entreprises soient au centre du sommet ? Qu’elles le veuillent ou non, ne jouent-elles pas un rôle important dans les systèmes alimentaires ?
  7. Ne s’agit-il pas seulement d’un événement ? Pourquoi les gens sont-ils si contrariés ?
  8. Alors, que font les groupes pour s’opposer au sommet ?
  9. Que puis-je faire ? 

1. Qu’est ce que les systèmes alimentaires ?

Les conversations sur l’alimentation ont été principalement axées sur l’augmentation de la production. Pendant des décennies, l’augmentation des rendements et l’intégration du marché mondial ont été présentées comme des solutions au problème croissant de la faim ; des solutions qui ne se sont jamais attaquées aux causes profondes de la faim.

Plus récemment, la discussion s’est tournée vers les systèmes alimentaires. Il s’agit d’une approche plus globale de l’alimentation, car les systèmes alimentaires ne concernent pas seulement ce que nous mangeons. La façon dont les aliments sont produits et consommés a un impact sur l’environnement, la qualité de vie, l’identité culturelle et le patrimoine.

Les systèmes alimentaires concernent tout le monde, partout, car nos vies sont inextricablement liées à la nourriture. En examinant toutes les activités, de la production à la consommation, nous pouvons commencer à poser des questions plus profondes sur la relation entre l’alimentation et le pouvoir - qui décide de la nourriture produite, comment elle est produite, comment elle est distribuée, comment elle est commercialisée et qui y a accès. Actuellement (et historiquement), une petite poignée d’États puissants et de grandes entreprises détiennent la grande majorité du pouvoir dans ces décisions.

Certains essaient encore de rester apolitiques lorsqu’ils parlent d’alimentation, traitant la faim comme s’il ne s’agissait que d’une équation à résoudre. Pourtant, lorsque nous parlons de systèmes alimentaires, nous ne pouvons ignorer les communautés dont les vies et les moyens de subsistance sont affectés chaque jour par la consolidation du pouvoir des multinationales. Cela fait des systèmes alimentaires un cadre plus prometteur pour aller au-delà du productivisme agricole et des solutions basées sur le marché et s’attaquer aux véritables problèmes qui se cachent derrière la faim. 

retour en haut de la page


2. Est-ce que tout le monde veut dire la même chose quand on parle de systèmes alimentaires ?

Pour faire bref, non. Pour beaucoup, l’histoire douloureuse de nos systèmes alimentaires est quelque chose qu’ils préfèrent ignorer. Il est plus facile de prétendre que nos problèmes peuvent être résolus dans un laboratoire ou par une nouvelle technologie, plutôt que de s’aventurer sur le territoire des héritages coloniaux, des réparations, de la souveraineté et des systèmes de pouvoir, de privilèges et d’exploitation. 

Il existe de nombreux systèmes alimentaires différents dans le monde : les systèmes alimentaires locaux, paysans ou indigènes basés sur une production alimentaire à petite échelle et ancrés dans les marchés et l’économie du territoire, ainsi que le système alimentaire industriel mondial ancré dans des chaînes de valeur longues et distantes, et les grands supermarchés. 

Les tensions entre les systèmes alimentaires locaux et le système alimentaire industriel mondial sont souvent ignorées dans les discussions internationales sur les systèmes alimentaires, car les besoins et les pratiques des systèmes alimentaires locaux contredisent l’avancement et les intérêts des grandes entreprises agroalimentaires.

En fait, la plupart des gens parlent du système alimentaire au singulier (c’est-à-dire le système alimentaire industriel dominant), plutôt que de discuter véritablement des systèmes alimentaires en prenant en compte la pluralité des différentes approches et sous-systèmes qui caractérisent la façon dont nous produisons et consommons les aliments. 

Bien que l’optique des systèmes alimentaires puisse offrir un changement de paradigme et reconnaître les systèmes alimentaires comme un bien public, l’utilisation dominante de l’approche tente de faire respecter le statu quo du modèle de production et de distribution alimentaire industriel, mondialisé et contrôlé par les entreprises, en mettant de côté les droits de l’homme et en empêchant de véritables voies de transformation vers l’agroécologie et la souveraineté alimentaire. 

 
Malheureusement, l’UNFSS est également conçu selon ce cadre dominant des systèmes alimentaires.

retour en haut de la page


3. Pourquoi le sommet des nations unies sur les systèmes alimentaires est-il controversé ?

Les Nations unies sont l’organe international grâce auquel les gouvernements peuvent échanger des idées et discuter des problèmes mondiaux. Elles ont organisé le Sommet sur les systèmes alimentaires afin de réaligner les priorités et les actions politiques pour construire des systèmes alimentaires plus justes, sains et durables. 

Cependant, le Sommet est organisé d’une manière qui ne permet pas d’atteindre ces objectifs. Les vraies solutions pour soutenir la justice sociale et la santé environnementale - solutions que les communautés réclament depuis des décennies - sont reléguées au second plan par les intérêts de puissantes entreprises. Des méthodes comme l’agroécologie, qui reconnaît la vitalité des pratiques indigènes traditionnelles et maintient l’autosuffisance des communautés tout en préservant la biodiversité, ont été mises de côté.

La numérisation, les modifications génétiques, l’agriculture de précision et d’autres approches gourmandes en produits chimiques, en capitaux et en combustibles fossiles occupent le devant de la scène, car ces "solutions" sont les plus rentables pour les entreprises (au détriment de l’environnement et des moyens de subsistance des agriculteurs). Les Nations Unies sont l’organe international permettant aux gouvernements d’échanger des idées et de discuter des problèmes mondiaux. Elles ont organisé le Sommet sur les systèmes alimentaires afin de réaligner les priorités et les actions politiques pour construire des systèmes alimentaires plus justes, sains et durables.

retour en haut de la page


4. Qui est responsable du sommet ?

Les puissants gouvernements du Nord et les grandes entreprises sont derrière le sommet. Le sommet a été lancé juste après que les Nations Unies aient signé un partenariat stratégique avec le Forum économique mondial (WEF), une plateforme regroupant les 1000 plus grandes entreprises, et les premiers documents indiquaient que le WEF était co-organisateur du sommet.

Agnes Kalibata, la présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), a été nommée envoyée spéciale pour le sommet. Cela a été une autre source de controverse, car l’AGRA est une organisation financée par les fondations Bill et Melinda Gates et Rockefeller (ainsi que par de nombreux gouvernements), qui promeut une approche de l’agriculture à haute technologie et à coût élevé, fortement dépendante des intrants agrochimiques et des engrais.

Ces fondations ont été à l’avant-garde des lois et politiques prédatrices sur les semences qui marginalisent et privent les paysans de leurs droits à grande échelle. Malgré un financement d’un milliard de dollars, l’insécurité alimentaire a augmenté de 30% dans les pays où elles opèrent.

Les tentatives de jeter des ponts avec les organisations de la société civile ont échoué. Lors des sessions avec les groupes de la société civile, Mme Kalibata a démontré un manque de sensibilisation aux mouvements croissants menés par les paysans qui récupèrent les méthodes agricoles traditionnelles comme des voies prometteuses vers un système alimentaire plus durable. Ces groupes se sentent invisibles et non entendus, et leurs préoccupations concernant la nomination de Mme Kalibata ont été ignorées. 

D’autres instances ont joué un rôle important dans le processus du sommet : des plateformes dirigées par des entreprises telles que le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WCBSD), des initiatives multipartites comme l’Alliance mondiale pour l’amélioration de la nutrition (GAIN) et Scaling-Up Nutrition (SUN), des philanthropies d’entreprise de premier plan telles que les fondations Rockefeller, Gates, EAT et Stordalen, des ONG internationales comme le Fonds mondial pour la nature (WWF) et Care, ou encore des scientifiques favorables aux entreprises.

retour en haut de la page


5. Mais les organisateurs du sommet ont parlé du caractère participatif du sommet, et du fait que tout le monde peut y participer et donner son avis. Ce n’est pas vrai ?

Malheureusement non. Les organisateurs du sommet parlent de participation et d’inclusion pour la forme, mais pour évaluer réellement cette affirmation, nous devons nous demander à quoi ressemble une véritable participation. Si la véritable participation consiste à avoir son mot à dire dans l’établissement de l’ordre du jour, alors le Sommet n’était pas participatif. Les groupes de paysans et d’indigènes, ainsi que d’autres organisations de la société civile et mouvements sociaux, ont été exclus du processus de fixation de l’ordre du jour du Sommet et leurs solutions aux problèmes du système alimentaire ont été mises de côté.

Si la participation se résume à la prise en compte des préoccupations de millions de petits producteurs alimentaires, de travailleurs et de peuples autochtones, alors le Sommet n’est pas participatif.

Les organisations de la société civile ont envoyé des lettres avec plus de 500 organisations signataires exprimant leur profonde inquiétude quant à la nomination d’un envoyé spécial pour la conférence et n’ont reçu aucune réponse de ses organisateurs.

Le mécanisme de la société civile et des peuples indigènes a proposé des actions concrètes pour que le sommet soit basé sur les droits de l’homme, mais son cours n’a pas été modifié.

Si la participation consiste à rendre le lien d’une session ouvert afin que chacun puisse "assister" et "participer" librement, alors le sommet est certainement participatif. Mais il s’agit là d’une conception totalement erronée de la participation. Elle ne tient pas compte du fait que les différentes parties prenantes qui se réunissent ont des pouvoirs, des intérêts, des droits et des obligations différents.

Cette forme de "participation" s’oppose à une approche fondée sur les droits de l’homme, selon laquelle les personnes les plus touchées doivent être au centre du processus décisionnel, les gouvernements doivent rendre des comptes à leurs citoyens et les entreprises doivent répondre de leurs violations des droits de l’homme. Des groupes du monde entier exigent mieux. 

 

retour en haut de la page


6. Pourquoi est-ce un tel problème que les entreprises soient au centre du sommet ? Qu’elles le veuillent ou non, ne jouent-elles pas un rôle important dans les systèmes alimentaires ?

Ce n’est pas un problème pour les entreprises d’être présentes à la conférence ; elles sont partie prenante du système alimentaire, pour le meilleur ou pour le pire.

Le problème est que le Sommet est organisé pour servir les intérêts des grandes entreprises au détriment des droits des personnes et des communautés du monde entier qui sont les plus touchées par la faim, l’insécurité alimentaire et la malnutrition - notamment les petits producteurs alimentaires, les peuples autochtones et les travailleurs agricoles et alimentaires.

Les représentants des gouvernements et des Nations unies ont permis aux entreprises d’occuper une place centrale dans le sommet, en se basant sur la croyance que les sociétés transnationales sont essentielles pour fournir de la nourriture, puisqu’elles disposent de plus de capitaux, de technologies et d’infrastructures que la plupart des nations.

Ils se fondent également sur la croyance que leurs intérêts sont alignés sur l’intérêt public, ce qui n’est malheureusement pas vrai. Les gouvernements perdent et abandonnent volontairement leur pouvoir aux entreprises et cela les place, ainsi que leurs produits, au centre de la résolution de problèmes qu’ils ont eux-mêmes contribué à créer.

À long terme, les "solutions" proposées lors du sommet aggraveront les problèmes mondiaux auxquels nous sommes confrontés, car elles sont ancrées dans les gains des entreprises et reposent sur une compréhension du système alimentaire mondial axée sur les entreprises.

Les principales solutions proposées lors du sommet sont basées sur la technologie ; les semences hybrides, les produits agrochimiques, l’agriculture de précision, le big data et la biotechnologie.

Celles-ci n’atténueront pas le changement climatique, la faim, les conflits sociaux et politiques ; en fait, elles creuseront les inégalités entre les pays, poussant davantage de personnes dans la pauvreté. Donner la priorité aux désirs d’un petit groupe de sociétés puissantes et à leurs profits plutôt qu’aux besoins des gens est le problème essentiel au sein du Sommet des systèmes alimentaires de l’ONU. 

retour en haut de la page


7. Ne s’agit-il pas seulement d’un événement ? Pourquoi les gens sont-ils si contrariés ?

Le Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires n’est malheureusement pas un événement ponctuel. Ce sommet est une tentative de préparer le terrain pour les décennies à venir en matière de politique alimentaire. Il changera le discours, établira des cadres et orientera les financements pour les années à venir. 

Les préparatifs du sommet sont en cours depuis 2019, créant de nouvelles structures qui contournent les mécanismes institutionnels existants par lesquels la société civile peut influencer les gouvernements. Grâce à ces nouvelles structures, les entreprises peuvent encore accroître leur contrôle sur la gouvernance du système alimentaire. 

Les organisateurs de l’UNFSS tenteront également d’importer les méthodes de travail de la gouvernance multipartite du sommet dans les espaces onusiens existants, tels que le Comité des Nations unies pour la sécurité alimentaire mondiale (CSA) ou l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Si cette mainmise des entreprises devait dominer les espaces politiques, elle ne ferait que saper davantage la démocratie, l’autodétermination et la souveraineté des peuples. 

L’UNFSS aura également de nombreux impacts au niveau national. Les États sont encouragés à définir des "voies nationales" pour la transformation des systèmes alimentaires sur la base des résultats du sommet et à rejoindre des "coalitions d’actions" qui favoriseront encore davantage le pouvoir accru des entreprises aux niveaux régional et national.

Il ne s’agit donc pas d’un seul événement. Il s’agit de tous les petits changements apportés à la gouvernance multilatérale par ce sommet, et de la quantité troublante de pouvoir que cela place entre les mains des entreprises pour décider de l’avenir de nos systèmes alimentaires. Le moins que nous puissions faire est de ne pas laisser cela se produire tranquillement. 

retour en haut de la page


8. Alors, que font les groupes pour s’opposer au sommet ?

Plus de 300 mouvements sociaux et organisations de la société civile du monde entier ont convergé et créé la réponse des peuples autonomes au Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires (https://www.foodsystems4people.org/about-2/). Pendant le pré-sommet de l’ONU, fin juillet 2021, ils ont organisé des contre-mobilisations en ligne et en présence pour dénoncer l’agenda des systèmes alimentaires corporatifs promu par l’UNFSS, mais aussi pour défendre le travail réalisé au cours des 70 dernières années pour construire un espace multilatéral, démocratique et civique pour les droits humains qu’est l’ONU. 

Dans le cadre de la lutte pour une véritable transformation du système alimentaire basée sur les droits de l’homme, la souveraineté alimentaire et l’agroécologie, ils s’unissent de manière solidaire et globale pour résister à l’avancée de la capture des entreprises au sein des Nations Unies.

Si vous souhaitez rejoindre le processus, veuillez exprimer votre intérêt ici

retour en haut de la page


9. Que puis-je faire ? 

La première chose à faire est de comprendre comment les systèmes alimentaires nous relient tous. Nous ne pouvons pas rester dans l’illusion que lorsque nous parlons de la nécessité de lutter contre la faim, l’exploitation et l’injustice, nous parlons de quelqu’un dans un pays lointain. Ce sommet aura un impact direct sur la manière dont chacun d’entre nous aura accès à la nourriture à l’avenir ; ce qui est cultivé, comment cela est cultivé, et si nous serons en mesure de nourrir tous les habitants de la planète. 

La deuxième chose est d’écouter les personnes les plus marginalisées par notre système alimentaire actuel, et de trouver des solutions ancrées dans leurs expériences. L’un des principaux problèmes de l’approche du Sommet est qu’elle ne tient pas compte du fait que les communautés elles-mêmes savent mieux que quiconque comment résoudre leurs propres problèmes. Au lieu de cela, ils les prescrivent de l’extérieur.

Troisièmement, parlez avec votre gouvernement, y compris le gouvernement local. Nous devons leur demander de protéger les espaces de politique publique de l’influence des entreprises, de garantir la participation significative des petits producteurs alimentaires et des autres groupes les plus touchés par la faim et la malnutrition, et de mettre en place des politiques et autres mesures qui soutiennent et protègent les systèmes alimentaires locaux qui préservent la nature, contribuent à la santé des gens et favorisent la justice sociale. 

Parlez-en sur les médias sociaux. Nous ne pourrons remettre en question les récits dominants que si nous sommes suffisamment nombreux à nous engager. Nous devons résister à la mainmise des entreprises et continuer à lutter pour le renforcement de nos institutions communautaires et publiques, du niveau local au niveau mondial, afin que la souveraineté alimentaire puisse s’épanouir.

Le pire résultat serait que ce sommet ne soit pas contesté par les médias. Nous devons nous unir pour reprendre notre récit.

retour en haut de la page